Path: Travel > Destinations > Cyprus 2005 > Cyprus 2005 Mails French

Cyprus 2005 Mails French

Following is the full text of all French emails we sent during this trip. The texts are original copies, shown here as sent: typos, errors, warts and all (the same in English).


Subject: Chypre en Automne

Date: Mon, 03 Oct 2005 10:22:17 +0100

Bonjour,
Cela fait un bout que nous n'avons pas donné de nos nouvelles. Après 4 mois
passés à Boringstoke, nous sommes à nouveau prêts à faire les sacs et
partons cette fois pour Chypre, où nous voulons passer quatre petites
semaines.
Pourquoi Chypre? Disons qu'il restait à Véro de son temps à Motorola des
miles aériens acquis chez Lufthansa et qu'il fallait les prendre avant
qu'ils n'expirent... Chypre était la destination la plus éloignée et la
plus intéressante que nous pouvions atteindre, voilà pourquoi...
Certaines personnes nous demandent ce que nous voulons faire là-bas,
pendant quatre semaines. Certains amis anglais semblent penser qu'à part
plage et soirées arrosées, il n'y a pas grand chose à faire.
Mais nous sommes certains de ne pas nous ennuyer: l'île regorge de
chapelles et églises à découvrir, les montagnes du Trodos invitent à la
randonnée, la côte à la baignade,les grecs et les romains ont laissé nombre
ruines et mosaiques, les croisés y ont bâti quelques chateaux et fortifié
les villes, et le nord musulman contraste avec le sud chrétien.
Nous partons mardi en fin d'après-midi et arrivons à Larnaca au milieu de
la nuit... Notre première journée ne sera donc sûrement pas très dynamique.
Retour le 31 octobre. Nous enverrons quelques messages en cours de route et
vous tiendrons au courant de nos aventures. Comme d'habitude, vos messages
sont bienvenus, mais s'il vous plait sans photos ou pièces-jointes.
Bises à tous et à bientôt de Chypre.
Véro et Thomas

Subject: Chypre - le Nord

Date: Wed, 12 Oct 2005 09:42:11 +0200 (MEST)

Bonjour,
Nous sommes bien arrives a Chypre, apres un changement d'avion non prevu, du
a un pauvre oiseau suicidaire qui avait choisi de finir ses jours dans les
moteurs de notre premiere machine. Ce qui fit, que nous n'avons pas du
attendre trop longtemps le lever du jour a l'aeroport de Larnaca.
Nous sommes tout de suite partis vers Nicosie ou nous avons passe trois
jours. Nous avons trouve la partie sud, particulierement la vielle ville
presque vide, certes propre mais triste. La partie nord nous a plus plu,
avec ses rues pleines de gamins, ses odeurs et son activite plus intense.
Point de vue monuments et visites, un tres bon musee dans le Sud et beaucoup
d'anciennes eglises converties en mosquees dans le Nord. Plus de belles
demeures, les fortifications venetiennes de la ville, les marches
couverts...
La zone controllee par les Nations Unies, partageant la ville en deux etait
assez deprimante. On tombe dessus tres facilement, au hasard des rues, on
tourne un coin de rue et se trouve face a une barricade faite de tonneaux,
vieux pneus, fil de fer barbele. Assez triste.
Puis nous avons loue une voiture et depuis sillonons la partie nord, d'ouest
en est. Notre impression est assez mitigee. Certaines parties, surtout les
montagnes sont magnifiques, mais les plaines sont semi desertiques (et
desertees), peu accueillantes, parsemees d'ordures (et de moutons creves),
de villages a moitie morts, de zones militarisees, et autres choses peu
allechantes.
Nous avons aime Famagusta avec toutes ses eglises, soit en ruines ou
converties en mosquees, le chateau de croise de St Hilarion (vraiment tres
beau), le port de Girne, quoique la ville en elle-meme soit trop remplie de
touristes, et les monasteres et eglises grecs au milieu des montagnes. Ces
monasteres sont malheureusement totalement devastes a l'interieur, les
fresques detruites. Mais la meme chose est arrivee aux mosquees du Sud,
c'est seulement la preuve de la betise humaine et des demences religieuses,
aucun jugement de notre part.
Ce que nous n'avons pas aime, c'est la region cotiere autour de Girne, en
plein boom touristique, un chantier gigantesque, remplis de villas et
maisons en constrution. Incroyable de penser qu'il y a vraiment des gens
prets a payer pour s'acheter quelque chose dans ce coin...
Aujourd'hui, nous allons visiter les ruines de Salamis et continuerons
demain vers la peninsule des Karpas, au nord est de l'ile. Nous passerons
dans le Sud dans 4 a 5 jours, d'ou nous enverrons notre prochain message.
Sinon tout va bien. Nous faisons du camping sauvage et avons toujours trouve
de beaux endroits ou planter la tente. La nuit derniere, au monastere de St
Barnabas, vraiment excellent...
A la prochaine donc, bisous a tous
Vero + Thomas

Subject: Chypre - le Sud

Date: Tue, 25 Oct 2005 10:44:53 +0200 (MEST)

Bonjour,
Enfin de nos nouvelles, mais le temps file et il y a tellement de choses a
voir...
Depuis notre dernier message de Famagusta (vraiment un des meilleurs moments
dans le Nord), nous avons visite les ruines de Salamis, qui apres les
splendeurs visitees au printemps dernier en Syrie et en Turquie, nous ont
parus un peu fades. Mais bien agreables tout de meme.
Nous avons ensuite fait le tour de la peninsule des Karpas, un repos pour
les yeux apres les exces de construction de la cote autour de Girne
(Kyrenia). Ici, la cote est encore vierge et protegee, les villages endormis
dans une autre epoque. Nous avons passe une nuit sur une superbe plage, ce
qui m'amene a dire, que un des souvenirs les plus intenses que nous
rapportons de ces vacances sont nos nuits de camping sauvage, sous les
etoiles dans des lieux le plus souvent merveilleux.
De retour vers Girne, nous avons visite l'abbaye de Bellapais, de
construction gothique, et assez bien preservee. Vraiment chouette, surtout
que nous avons ce jour la trouve une place pour camper 50 metres au-dessus
de l'abbaye et nous avons eu une soiree tres romantique, a contempler
l'abbaye illuminee, tout en sirotant notre vin rouge cypriote (pas mauvais
du tout) et degustant notre fromage de chevre local (Halloumi).
Deux chateaux forts, l'un un peu bof (celui de Kandara), mais l'autre, de
Buffavento, vraiment impressionant par sa situation sur une crete, exposee
aux vents (d'ou le nom de Buffavento), avec vues sur le Sud et le Nord de
l'ile. Le chemin y menant etait une piste de 6 km ou Thomas nous a conduit
avec bravoure (nous etions contents de revenir avec nos 4 pneus intacts), et
le reste impliquait une ascension de 30 minutes a pied, ce qui fait que nous
etions les seuls a explorer. Vraiment bien.
De retour a Nicosie, nous avons change de voiture de location et sommes tout
de suite partis dans les montagnes du Troodos. Le point culminant y est le
Mont Olympe a 1952 m, et il y faisait tres froid. Nos cinq nuits passees
dans les montagnes furent toutes assez glaciales, d'ailleurs. Mais nous
sommes bien equipes, donc pas de problemes.
Le paysage est vraiment magnifique et nous avons sillone toutes les vallees
possibles et imaginables a la recherche d'eglises a visiter. Ces eglises ont
au premier coup d'oeil l'apparence de granges, et renferment les fresques
les plus inimaginables que l'on puisse voir. Tres similaire aux eglises
coupees dans le roc de Cappadoce. Les fresques sont nombreuses, ont souvent
les memes motifs mais interpretes differement. On ne se lasse pas...
Mais la chaleur nous a conduit vers la cote, et nous sommes donc alles vers
Polis et maintenant Pafos. Plages et baignade, randos, quelques eglises, et
visites des sites greco-romains de la cote.
Hier, orgie de mosaique a Pafos. Nous qui les aimons particulierement en
avons eu pour notre argent!
Les cypriotes (dans le sud et dans le nord) sont tres sympas et avenants,
toujours prets a nous aider. Et nous avons souvent besoin de leur aide pour
trouver telle ou telle eglise non signalee par les panneaux routiers et en
obtenir la cle ...
Nous avons de la chance avec le temps: soleil et ciel bleu. Les nuits sont
particulierement spectaculaires, avec un ciel etoile de premiere classe et
la voie lactee vraiment impressionante.
Encore 6 jours, que nous passerons dans la region de Limassol et Larnaca
avec peut-etre une derniere excursion dans les Troodos. Nous rentrons a
Boringstoke lundi matin de bonne heure et de bonne (?) humeur.
Grosses bises a tous,
Vero + Thomas

Subject: Chypre - suite et fin

Date: Mon, 7 Nov 2005 10:49:35 +0100 (MET)

Chers Tous,
Et voilà, nous sommes rentrés depuis lundi, Vero a repris le travail mardi
et avec un peu de recul, nous profitons de ce premier week-end pour
compléter notre reportage sur Chypre.
Notre dernier message venait de Pafos avec ses belles mosaiques. De là, nous
avons continué notre route vers Limassol, tout en faisant régulièrement des
excursions dans l'arrière-pays. Les paysages dans cette région sont parmi
les plus beaux que nous ayons vus: conifères, junipers, même quelques cèdres
du Liban, et tout cela sur un fond de terre noire volcanique. Des vergers et
des vignobles aux flancs des vallées, et comme nous avions la chance d'être
en automne, imaginez le tout dans les couleurs les plus vives, du rouge,
jaune, orange au marron avec tous les tons intermédiaires. C'était la saison
des vendanges, encore faites à la main, et c'était un plaisir de parcourir
ces paysages. Quelle différence d'avec le Nord!
Nous avons trouvé Limassol plus agréable et moins touristique que prévu.
Mais il faut dire que nous  ne sommes pas allés vers les plages touristiques
à l'est de la ville. Nous avons visité Kourion et Kolossi. Kourion est une
cité romaine relativement bien préservée au sommet d'une falaise au bord de
la mer, Kolossi était le quartier général des chevaliers de St Jean de
Jérusalem (aussi connus sous le nom des Hospitaliers), avant qu'il ne
transferrent leurs quartiers à Rhodes en 1309.
Ensuite, nous avons continué vers Larnaca, qui, à part l'église de St Lazare
où se trouvent les reliques de ce saint, n'a pas grand chose à offrir et fut
assez décevant. Toute la région de Larnaca en fait n'a pas grand chose à
offrir, si ce ne sont quelques églises sans grande importance et le
monastère de Stavovrouni (qui renferme un morceau de la VRAIE croix,
malheureusement cachée dans un reliquaire: cela pourrait aussi bien être un
vieux noyau d'olive désséché...)
A propos, Stavovrouni suit strictement les règles du monastère d'Athos en
Grèce et est donc interdit d'accès  aux femmes. La pauvre Véro a du donc
attendre sur le parking pendant que Thomas partait à la découverte. Il a
raconté que le monastère ne manquait pas de fresques représentant des femmes
ma foi très jolies, ce qui n'est pas trop consistant...
Nous sommes ensuite retournés dans les montagnes du Trodoos, pour visiter
quelques églises que nous n'avions pas vues et surtout pour en revoir trois
qui nous avaient particulièrement plues: Asinou, Ayios Nikolaos tis Steyis
(près de Kakopetria, un village charmant) et Panaya tou Araka (près de
Lagoudera).
Ces églises sont uniques. Celle d'Asinou, surtout: isolée et ressemblant de
l'extérieur à une grange, quelle surprise lorsque l'on y pénètre. Chaque
centimètre carré est couvert de fresques colorées et vives. Le style et les
représentations sont plus élaborés que ce que nous avons vu en Cappadoce
(les fresque de Chypre datent pour la plupart du 11 au 15ème siècle, alors
que celles de Cappadoce sont plus agées de 3 à 4 siècles), mais les
similarités sont frappantes.  Vraiment à voir.
Pour résumer, nous pensons vraiment que Chypre a de quoi occuper le touriste
interessé pendant trois à quatre semaines (dépendant du nombre d'églises
qu'il peut ingurgiter avant l'indigestion). Nous avons évité les plages, ne
les visitant qu'en fin de soirée ou début de matinée, et  avions des
journées très remplies. Nous en avons donc bien profité. Nous sommes
probablement restés trop longtemps dans le Nord: 7 jours au lieu des 9
passés auraient amplement suffi. Mais d'un autre côté, le Nord, malgrè ses
airs de zone militaire, ses ordures et ses folies immobilières exerce une
certaine attraction, difficile à expliquer.
Avoir une voiture est primordial: sans transport, la plupart des sites
intéressants (au Nord comme au Sud) ne sont pas  accessibles. Les transports
en commun sont OK entre grandes villes, mais, surtout dans le Sud,
pratiquement inexistants dans le reste du pays. Mais avec une voiture de
location, il y a énormément de choses à faire et à voir, que les touristes
charters du bord de mer ne soupconnent même pas. Nous étions étonnés par le
nombre de groupes organisés: Chypre est un pays si sûr et facile à voyager,
qu'il est dommage de se limiter à la rigidité d'un groupe. A ce propos, le
Nord est dominé par les visiteurs britanniques, quelques Allemands et brille
par l'absence de Francais. Le Sud, par contre, regorge de groupes francais
et allemands, les Anglais sont moins visibles (probablement tous à la plage,
ce qui explique pourquoi nous ne les avons pas vus).
Voici une liste (par ordre chronologique) de nos sites préférés, d'abord
dans le Nord, puis le Sud:
1.La mosquée Selimiye (ex cathédrale Ste Sophie) dans la partie nord de
Nicosie
2.La route suivant la crête montagneuse entre Kozan et le chateau de croisés
de St Hilarion
3.Le chateau de St Hilarion
4.La citée fortifiée de Famagusta et ses églises en ruines
5.La plage Golden Beach dans la péninsule des Karpas
6.L'abbaye de Bellapais
7.Le chateau de Buffavento
1.Le musée de Chypre dans la partie sud de Nicosie
2.Les églises d'Asinou, Ayios Nikolaos tis Steyis et Panaya tou Araka dans
les Trodoos
3.Les randonnées de la péninsule Akamas
4.La randonnée dans les gorges d'Avgas
5.Les mosaiques de Pafos
6.Le monastère et les grottes d'Ayios Neofitos
7.L'arrière-pays de Limassol, entre Ayios Nikolaos à l'ouest et Arakapas à
l'est
8.La randonnée le long de la crête Madari dans les Trodoos
Ce que nous avons surtout apprécié, c'était de pouvoir vadrouiller jusqu'à
la tombée de la nuit et planter la tente dans des endroits chouettes, pour
conclure la journée en pique-niquant sous le ciel étoilé. Pas de stresss
pour chercher un hôtel ou un restaurant, mais la nature pure et la beauté du
firmament: nous étions dans les sacs de couchage à 8h30, 9h au plus tard et
nous levions avec le soleil.
Pour finir, voici quelques observations d'autre nature. La particularité de
Chypre est son statut d'île divisée, entre le Nord cypriote turc et le Sud
cypriote grec. Nous avons trouvé les deux côtés accueillants et chaleureux,
tant que nous ne leur parlions pas de “l'autre”.  Si nous abordions ce sujet
(ce que nous faisions souvent, étant de nature curieuse), c'était souvent
assez triste et édifiant d'observer les réactions. Les gens du Nord semblent
accepter l'idée qu'une solution (cad une forme de compromis) doit et sera
trouvée, et qu'ils devront en payer le prix. Ils en ont assez de l'état
actuel et aimeraient pouvoir passer à une vie normale: nous avons parlé à un
commercant du Nord de Nicosie qui produit du tahine et achète ses graines de
sésame en Inde. Mais comme Chypre Nord n'est pas un pays reconnu
internationalement, il lui faut avoir recours à des machinations logistiques
incroyables pour importer le sésame dont il a besoin. Semble incroyable pour
nous,  à l'époque de l'Union Européenne; les turc cypriotes espèrent pouvoir
un jour partager si ce n'est la richesse européenne, du moins un certain
niveau de normalité.
Le sud est différent: les grecs cypriotes n'aiment pas le Nord et tout ce
qui a rapport à la Turquie. Pour ne citer qu'un exemple, le gars qui nous a
loué la voiture à Nicosie, n'hésite pas à déclarer d'un ton dédaigneux, que
oui, l'essence est moins chère dans le Nord, mais qu'elle est de moins bonne
qualité. Bien sûr, tout le monde n'est pas comme cela, mais le sentiment que
l'on ressent à travers la population est bien là.
Cependant, il semble que les jeunes, des deux côtés,  réalisent que violence
et haine ne sont pas la solution au problème. Leurs propos sont plus
conciliants,  ils attendent et espèrent que le problème trouvera de lui-même
sa solution biologique avec la mort des anciens.
Nous avons trouvé le Nord difficile à cerner et définir. Contrairement au
Sud, nous n'y avons pas ressenti ce sentiment d'être confrontés à une
communauté et une culture spécifique. C'est expliquable, si l'on réalise que
les turcs cypriotes sont plus pauvres que leurs voisins, ont toujours été
une minorité dans leur pays. Ils ont été déracinés, ont du quitter leurs
villages dans le sud pour s'installer dans le nord et ont du absorber une
forte immigration de colonisation venant de Turquie continentale (Anatolie):
des populations avec lesquelles ils n'ont rien en commun, si ce n'est la
religion, et qui elles-mêmes ne sont ni riches, ni bien éduquées. Pas
étonnant donc de ne pas sentir d'appartenance, de communauté. On a
l'impression qu'eux mêmes ne savent pas ce qu'ils sont: mais nous les avons
toujours trouvés accueillants et sympathiques.
La religion dans le Nord, d'ailleurs ne joue pas un rôle important. Tout le
contraire dans le Sud: les gens vont encore beaucoup à la messe, les femmes
portent des croix autour du cou, les églises sont soignées et vivantes. Lors
de nos visites dans les villages de montagnes, à la recherche des gardiens
d'églises, je devais souvent penser, qu'en fait, la vie dans ces villages
n'était pas beaucoup différente de ce que nous avions vu au Moyen Orient
musulman: les hommes au café, les femmes invisibles, à la maison ou à
l'église. Certains monastères regorgent de richesses et en font étalage à la
limite de l'indécence et du bon goût: quelle arrogance, quelle hypocrisie,
quelle puissance.
Les gens du Sud nous sont apparus comme assez sûrs de leur droit: ils sont
les bons de l'histoire, leurs actes sont moralement justifiés et
justifiables, et depuis 1974 ils ont su reconstruire leur pays,
contrairement à ceux de l'autre côté. C'est assez compréhensible, mais après
un certain temps, on se fatigue d'être rappelé à chaque occasion combien ils
sont bons, et combien les autres sont nuls. Les grecs cypriotes ont tiré un
bilan bien clair: combien de leurs églises ont été détruites, combien des
leurs ont été tués, combien de villages ils ont perdu ... et ils semblent
persuadés que cela suffit à prouver que les “autres” sont les seuls
méchants.
L'attitude des grecs cypriotes semble tellement empoissonée par leur
attitude contre tout ce qui est turc, tellement négative et presque raciste,
 que l'on ne peut s'empêcher d'éprouver une certaine sympathie pour ceux du
Nord. Cela n'excuse pas les excès commis par le côté turc (et il y en a eu
beaucoup). Quelquefois on ne peut pas s'empêcher de penser au conflit
israélo-palestinien.
Une chose est certaine: le Nord est prêt pour un accord, mais le Sud ne
l'est pas. En bon chrétiens qu'ils sont, ils devraient ré-étudier leur Bible
ou s'inspirer de Gandhi ...
Pour en finir, nous avons vraiment apprécié Chypre, un paradis avec
cependant quelques sévères accrocs.
Thomas a pris des photos dont nous publierons les meilleures sur son site
web, mais cela durera encore un moment.En attendant, grosses bises à tous...
et excusez le long message.
Véro et Thomas


$updated from: Cyprus 2005 Mails French.htxt Sat 18 Jan 2014 13:14:23 thomasl (By Thomas Lauer)$